33ème COMMUNAUTE EVANGELIQUE REGION SANKURU

33ème C.E.R.S

B.P. 1673 KANANGA

"Sur ce roc je bâtirai mon assemblée,..." Matthieu 16v18

Les éléments de menu en rouge contiennent des informations récemment mises à jour.

Le cœur d’un frère

Et il lui dit : « Fils, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai, est à toi. v.32.
Il fallait bien s’égayer et se réjouir parce que to frère était mort, et est revenu à la vie,
il était perdu et est retrouvé » (Luc 15:31-32).

 Dans Luc 15:2, les pharisiens et les scribes étaient mécontents que le Seigneur Jésus ait tendu la main aux collecteurs d’impôts et aux pécheurs pour les amener dans la bénédiction de Dieu. Ils considéraient constamment l’échec des autres comme un fond sur lequel refléter leur propre justice (Luc 18:11). Les trois paraboles de Luc 15 nous enseignent le cœur de Dieu et la joie que la Divinité a dans le salut de ce qui est perdu. Les deux premières paraboles portent sur la valeur que Dieu nous accorde et sur l’action qu’Il prend pour nous racheter. La parabole finale, du fils prodigue, nous enseigne notre rejet de Dieu et ses conséquences. Nous apprenons à nous tourner vers Dieu en repentance. Et nous apprenons aussi que la rédemption est une question de miséricorde et de grâce. Nous ne sommes pas seulement sauvés, mais nous devenons les enfants de Dieu.

 Mais l’histoire du fils prodigue comprend l’histoire d’un frère aîné. Ce frère n’a jamais quitté la maison de son père; il n’a jamais gaspillé ce que le père lui a donné. Mais il était très semblable à son jeune frère parce que même s’il vivait avec son père, il n’a jamais compris le cœur de son père. L’histoire nous donne un aperçu vivant des dangers de l’auto-justice. Il est obsédé par soi-même et auto-glorifiant. Son énergie vient de notre vision de ce que nous pensons être, de ce que nous faisons et de notre condamnation de la défaillance chez les autres. Mais l’auto-justice nous éloigne de Dieu et nous aveugle au besoin que nous avons de son salut. Nous commettons également l’erreur de penser qu’il s’agit d’un problème religieux, mais son influence est clairement évidente dans l’ensemble de la société et elle est à l’origine de nombreux problèmes mondiaux. Il cherche à contrôler les autres, rend les gens sans joie et rancunier de la joie que les autres éprouvent.

 Nous le voyons si clairement chez le frère aîné. Il n’a pas couru dans la chambre pour embrasser son frère. Il n’y avait pas de baisers ou de larmes; il n’y avait que de la colère, de l’amertume, du ressentiment et de la séparation. Le père a dû sortir une fois de plus ; cette fois pour plaider avec son fils aîné. Cela doit avoir causé le chagrin du père d’une autre façon d’entendre ce que son fils aîné se sentait; « Je t’ai servi... » ; Je n’ai jamais transgressé...; « Tu ne m’as jamais donné... » Le frère aîné déversa un tel malaise, non pas vers son frère, qu’il rejeta comme un homme immoral, mais vers son propre père. Malgré toutes les années qu’il a passées en compagnie de son père, il n’avait aucune idée de l’amour de son père pour lui.

 Cet amour s’exprimait dans les paroles douces qui suivirent; « Fils, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est pour toi ». Christ a aimé les collecteurs d’impôts, comme Zachée, et il a aussi aimé les pharisiens, comme Saül de Tarse. Dieu coupe à travers tous nos besoins quelle que soit la forme qu’il faut pour révéler son amour pour nous. Le père a ajouté : « ton frère était mort et est vivant à nouveau, et a été perdu et est retrouvé ». L’amour de Dieu ne traite pas seulement de notre distance avec Lui, mais aussi de notre distance les uns des autres. Il nous amène dans une vie de communion où quel que soit notre origine, nous sommes un en Jésus-Christ. Parce que nous sommes aimés, nous sommes habilités à démontrer l’amour du Christ les uns aux autres. Le frère aîné en voulait au père qui l’aimait et méprisait le frère qui avait besoin de son amour. Le père a ajouté: « c’était juste que nous devrions nous réjouir et être heureux ». Ce jour-là, la miséricorde et la vérité s’étaient rencontrées et la justice et la paix s’étaient embrassées (Psaume 85:10). L’auto-justice du frère aîné n’avait pas sa place dans la maison du père.

 Le Seigneur Jésus défiait le cœur des pharisiens et des scribes, et il défiait nos cœurs. Nous sommes capables de construire des murs de séparation et de destruction de communion. Dieu nous a mis la meilleure robe ; la justice du Christ. C’est à nous de vivre dans sa dignité avec nos cœurs pleins de miséricorde, de vérité et de paix.

Gordon D Kell

145, Avenue du commerce, quartier Tshinsambi, commune de Kananga (Kasaï-Central, RD Congo)

Notre Site Web copyright© cers. Tous droit réservés.

Si vous voulez contacter le Webmaster cliquez ici